Rechercher
  • mrcgrrd

Le slow est mort!



J'ai entendu, il y a peu, un sociologue affirmer que le slow était bel et (Sébastien?) bien mort. Je dois reconnaître que cela m'a attristé. Non pas parce que c'était la seule danse que je maîtrisais à peu près, mais également pour la bonne raison qu'avec sa disparition c'est tout un pan de ma jeunesse, et de ma culture chorégraphique, qui s'effondre. Tout ça à cause d'une chauve-souris...

Et oui, vous avez bien lu : une chauve-souris ! Voyez... Quelque part en Asie, l'un de ces chiroptères adepte des blagues de crétin a trouvé malin de crotter sur un pangolin (ou une civette, un vison?) qui ne demandait rien à personne. Celui-ci après s'être sommairement essuyé est allé se plaindre à son chef de district (un presque humain) qui est allé lui-même râler auprès de son responsable de parti, qui en a référé au dirigeant garant des droits des pangolins, etc... Bref, tout ce beau-monde s'est infecté.

A la suite de quoi, port du masque obligatoire, gestes barrières (comme dirait Alain), distanciation dansante, mort du slow. La boucle est bouclée.

Quand je pense au sketch de JM Bigard "la chauve-souris" qui disait qu' "on a une chance sur dix millions de... etc." Moche !

Mais, revenons au slow... Pour les jeunes qui n'ont pas connu cette danse endiablée, quelques explications... De son vivant, comme la valse, le slow comportait trois temps. Premier temps : repérage. Deuxième temps : invitation. Troisième temps : mise en place. Ensuite, techniquement, suffisait juste de danser collé-serré en tentant de ne pas s'assoupir. Une autre époque ! Et un autre motif de nostalgie : avec le slow on faisait encore des rencontres. Bonnes ou moins, c'était selon. Mais, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Et pas seulement sur les pistes de danse. De nos jours, tout est télé ! Télétravail, télévision, téléportation, téléphonie... Ou sans contact ! On ne touche pas ! Avant, le téléphone nous rattachait quelque part, grâce à son fil : à un lieu, une pièce, un bureau, une cabine... C'est fini. Tout est mobile, détaché, furtif. Le seul fil qui existe encore est le fil dentaire. Ça doit être ça : être libre. Ok Google, t'es de bons conseils ! Mais ma grand-mère aussi, et en plus elle fait des tartes... Monde étrange. J'en pince pour mon smartphone, dois-je m'inquiéter ?

Le Petit Prince nous rappelle : l'important est de "créer des liens" pour "apprivoiser" des amis. Combien de "renards" se sont laissé apprivoiser sur un slow? Beaucoup, à mon avis. Le slow, c'était tout sauf du sans contact.

Danser le slow, c'était plus que danser, c'était créer des liens. Alors, si le slow est mort... Sniff ! (là, cherchez pas, y a pas de jeu de mots), vive le slow !

84 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout