Rechercher
  • mrcgrrd

Pourquoi j'ai arrêté de pousser du bout du pied les cadavres de mouches sur le carrelage...

Un peu long comme titre... Je sais.

Mais c'est vrai que j'ai, et depuis longtemps, la fâcheuse manie de pousser consciencieusement du bout d'une espadrille les cadavres de mouches qui jonchent, l'été, le carrelage de la cuisine après que j'aie copieusement exterminé ces diptères à l'aide de la tapette adéquate (comme dirait Sheila). Bien que mon épouse m'en fasse régulièrement le reproche, je ne peux m'en empêcher. C'est plus fort que moi. Un réflexe! Mais je ne fais que déplacer, sinon l'insecte, du moins le problème. Même dans un coin, un cadavre de mouche reste un cadavre de mouche dont il faudra bien, un jour, se débarrasser.


En fait cela relève de la procrastination. Terme élégant pour parler de paresse, de fainéantise, de négligence, de flemmardise, etc... Dans un post précédent, je vous disais mon intention de ne prendre aucune résolution, bonne ou mauvaise, pour cette année 21. Mais, si je n'en garde qu'une, ce sera de ne plus différer certains actes essentiels comme: tailler les arbres, sortir les poubelles, ne plus manger de pain avec ma pizza, dire aux gens que j'aime que je les aime...


Avec le temps, l'urgence devient urgente. Donc, pressez vous de vivre sans remettre à plus tard, comme dirait du Bellay (le poète, pas l'irish cream). Il est une chose malgré tout qu'il faut toujours différer, si possible, au lendemain, une chose à ajourner absolument : la mort... Sinon, pour le reste, croyez-moi, vivez l'instant présent et arrêtez de pousser du bout du pied les cadavres de mouches....


101 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout