Rechercher
  • mrcgrrd

Un point, c'est tout.




Bientôt les vacances ! Peut-être le moment de faire le point... Oui, mais lequel ? Un point chaud, forcément, avec ces canicules à répétition. Quel point donc ? Celui que je viens d'utiliser à l'instant : le point d'interrogation ? Celui qui nous interroge ? Le témoin de nos doutes, de nos craintes ?

Exemples :

" - Dans cinq ans, y aura -t-il toujours de la glace sur les hautes montagnes, en été ?

- Verra-t-on encore des abeilles butiner ?

- Pourra-t-on pêcher des poissons dans la mer, puiser de l'eau dans les rivières ?

- Trouvera-t-on de la moutarde chez Leclerc? Ou de l'essence pas chère ? "

Le point d'interrogation devient de plus en plus anxiogène. Préférons-lui le point d'exclamation :

- La vie est belle !

- Vive les vacances !

Les deux points ouvrent la porte à l'énumération et le point de suspension au rêve.

Exemples :

" - J'ai trouvé, ce matin au marché : des fraises rouges et sucrées, des cerises noires et fermes, des haricots verts pratiquement donnés...

- J'ai drôlement bien dormi, comme dans le Bronx : les deux poings fermés. "

Mais saviez-vous qu'il a failli exister un point d'ironie? Certains auteurs ont essayé de l'introduire, sans succès, dans la langue française. Représenté par un point d'interrogation à l'envers, il était censé induire de l'ironie, de l'étonnement à l'intérieur de la phrase.

Exemples :

- Tu as réussi à dégotter de la moutarde, toi ¿

- Ben oui !

- Tout un pot ?

- Non, juste un peu...

Ou encore :

- Tu penses sincèrement que les prix vont baisser ?

- Bien sûr ! Évidemment ! Le nouvel ancien gouvernement n'a-t-il pas décidé de s'attaquer au problème ¿

- Il aurait pu s'y atteler il y a cinq ans...

- Il y a cinq ans, c'était l'ancien nouveau gouvernement, rien à voir ¿

J'aime tous ces points ! La ponctuation c'est le sel de la phrase, le condiment du texte, le piquant du récit. Elle est à la littérature ce que la moutarde est à la côte de bœuf. Je regrette que le point d'ironie n'ait pas trouvé sa place dans notre belle langue. Je pense que j'en aurais tartiné un peu sur tout... ¿

0 vue0 commentaire